Ecole française de Yoga

Le yoga dans sa diversité

La spécificité de l’E.F.Y, c’est de réunir des formateurs d’horizons différents, d’offrir une ouverture sur des formulations variées du yoga. Comme en Inde, où le yoga a toujours donné lieu à des interprétations diverses, dues à la créativité des et à une transmission vivante. Ces formes ont reçu des noms que l’usage a consacrés, d’après leur origine géographique, ou d’après leurs transmetteurs européens.

Le « yoga de Madras » se réfère à une lignée de yogis du sud de l’Inde, Krishnamacharya, un brahmane de Mysore, et ses fils, en particulier Desikachar. Ils ont formé des professeurs européens, dont Andrée Maman et Yvonne Millerand. Aujourd’hui, Elisabeth Audousset, Isabelle Morin-Larbey, Francine Semmel, Régis Vereecke, Sophie Piollet et Isabelle Blanchard-Teissier enseignent dans ce courant.

Le « yoga de Nil Hahoutoff » est ainsi nommé parce que le russe Nil Hahoutoff a transmis en France l’enseignement de son instructeur, un indien du nord, Hiran Moy Chandra Gosh. Patrick Tomatis, Philippe de Fallois, Laura Giovanella, Cristina Sosa et Anne Ulpat transmettent cette pédagogie.

Le « yoga de l’Énergie » tient son nom de Roger Clerc, élève de Lucien Ferrer, qui s’est également inspiré d’exercices tibétains et a formé : Jean-Pierre Laffez, Boris Tatzky, Eliane-Claire Thiercelin, Gianna Dupont, qui a formé Ananda Ceballos, Sabine Douchaina et Christine Ferrage. Jean-Pierre Laffez a formé Annie Hamelin. Marie-Christine Leccia a été formée par Boris Tatzky qui elle-même a formé Sylviane Perez.

Le « yoga dans l’esprit de Dürckheim » se réfère à Karlfried G. Dürckheim, fondateur de la thérapie initiatique en Allemagne, qui s’est inspiré du zen japonais. Dans cette approche : Renata Farah a formé Pascale Brun et Catherine Masson ; Bernard Rerolle a formé Anne-Marie Hebeisen. Pascale Brun a formé Félicia Narboni et Delphine Mathé et Anne-Marie Hebeisen a formé Sylvie Massart.

La première année à l’EFY est un moment privilégié pour « voyager » à travers cette diversité qui est la condition d’une vraie liberté de choix.